Les ruchers

Apiculteur amateur et face aux difficultés du milieu apicole, j’ai choisi d’essayer de me rapprocher des conditions naturelles des essaims.

Je ne pratique pas la transhumance. J’installe mes ruches en différents endroits avec peu de ruches sur chaque emplacement pour les raisons suivantes:

  • se rapprocher des conditions naturelles (les essaims naturels sont répartis sur le territoire)
  • éviter une sur-concentration de ces insectes en certains endroits: donc éviter le  pillage du nectar et pollen sur les plantes au dépend des autres insectes présents sur place.
  • limiter l’impact des parasites ou maladies (ex. attaque frelon asiatique)

J’ai donc des ruchers installés sur différents sites naturels en Haute-Garonne et Ariège.

Pour aider les ruches à se défendre contre les parasites tels que le varroa, j’utilise les traitements proposés en apiculture biologique ou par le cahier des charges de Nature et Progrès.

De même, je privilégie les matériels fabriqués en France (ruches notamment) et j’entretiens mes ruches avec des peintures non chimiques: huile de lin et peinture suédoise.